Littérature jeunesse – Comment se débarrasser d’un vampire amoureux

amoureux

Quelques Infos sur l’oeuvre :

Titre : Comment se débarrasser d’un vampire amoureux

Auteure : Beth Fantaskey

Éditeur : Le masque (dispo en poche)

Prix : 17 euros

Parution : 2009

Nombre de pages : 448 pages

Entrée en matière –  Ça parle de quoi? Ça  vient de qui?

Comment se débarrasser d’un vampire amoureux est le premier roman de Beth Fantaskey, auteure américaine originaire de Pennsylvanie (la chère « cambrousse » de notre personnage principale) et professeure en université. Le roman relate l’histoire de Jessica (nom de naissance Antanasia), adoptée en Roumanie dans sa tendre enfance. Elle est aujourd’hui une américaine lambda hormis ses nouveaux parents surprotecteurs et écolos de l’extrême. Seulement voilà, un jour un certain Lucius Vladescu se disant « prince vampire de Roumanie » lui annonce qu’ils sont fiancés depuis leurs naissances et qu’elle doit le suivre dans leur pays natal pour se marier et respecter le pacte de leurs parents. La jeune fille totalement réfractaire, refuse catégoriquement de le suivre, mais va  pourtant devoir cohabiter avec lui jusqu’à ce que l’un des deux cède.

Ma critique  

J’avais déjà lu ce roman plus jeune, dès sa parution il me semble, et j’avais totalement adoré cette histoire. Malheureusement à la sortie du second tome, deux ans plus tard, il ne me restait que de vague souvenir : un perso masculin super, de la royauté vampirique et un très bon ressenti. En me baladant sur Booknode je suis retombée sur ce bouquin, et je me suis dit qu’il était peut-être temps que je relise ce premier tome!

Après ma relecture, je me suis souvenue que cette histoire n’était pas vraiment originale ou surprenante, mais que pour une fois c’était son point fort numéro 1. Là, vous me trouvez un peu étrange, donc je vais m’expliquer. L’auteure nous donne un schéma assez bateau, un petit nouveau super-sexy, bourré d’intelligence et de charisme mais horriblement arrogant qui commence un jeu de séduction avec l’héroïne qui n’a pas trop confiance en elle, pas forcément appréciée et assez atypique. Ça pourrait avoir tendance à me faire lever les yeux au ciel très vite, mais en réalité, il y a ce côté « fuis-moi je te suis, suis-moi je te suis » qui rend la lecture très addictive. En effet on rentre vite dans l’histoire , en se mettant à la place des personnages, nombre de fois je me suis dit « Oh non! Il a pas fait ça! Antanasia, venge-toi! » et miraculeusement, elle le fait! Et c’est vraiment agréable de pouvoir totalement s’identifier aux événements, l’auteure ne nous donne rien de vraiment innovant dans son récit mais c’est les interactions entre Lucius et Antanasia qui le rend si appréciable.

Lire la suite de « Littérature jeunesse – Comment se débarrasser d’un vampire amoureux »

Publicités

BOOK TAG

Salut tout le monde,

Aujourd’hui je vous reviens avec un TAG, j’ai été taguée par Caroline il y a quelque temps et je me disais que ça serait sympa de faire un truc un peu plus personnel pour changer. Le thème est simple, 14 questions et que des vérités rien que des vérités!

bookt

Que penses-tu des adaptations ciné ?

J’adore voir mes livres chouchous adaptés au cinéma. Je suis toujours monstrueusement critique, et je suis la petite chieuse qui dit « hum hum.. non, c’était pas comme ça dans le livre!C’est faux!», mais en fin de compte quelle magie de voir un livre prendre vie. Il faut dire que de base, je vais beaucoup au cinéma –je collectionne même les tickets de cinés que j’accroche sur mon tableau de liège, je vous montrerai un jour–  alors quand je vois un livre adapté, je fonce plutôt deux fois qu’une!

Quel marque-page utilises-tu ?

c’est un peu le moment honte, mais j’ai promis la vérité à mes lecteurs. Tout et n’importe quoi me sert de marque-page : stylo, bout de papier, ticket de musée, ticket de métro, prospectus… J’ai toujours voulu être le genre de fille avec un joli petit marque-page (comme ici !) mais je n’ai jamais franchi le pas, jamais acheté. Et puis il faut dire que j’ai des livres de cours qui traînent dans tous les sens, donc il me faudrait beaucoup de marque-pages.

Lire la suite de « BOOK TAG »