Les deux Van Gogh

van go.png

Quelques Infos sur l’oeuvre :

Titre : Les deux Van Gogh

Auteure : Hozumi

Éditeur : Glénat

Prix : 10,45€

Parution : 2013

Seinen one shot.

Entrée en matière –  Ça parle de quoi? Ça  vient de qui?

Les deux Van Gogh est le premier et le seul manga d’Hozumi à l’heure actuelle, on sait très peu de choses de l’auteure excepté qu’elle est remportée le prix « Kono manga ga sugoi » en 2014. Pour le syno, c’est un manga historique retraçant la vie de Théodore Van Gogh (vendeur d’art chez Goupil & co.) et son frère, le très talentueux Vincent Van Gogh encore inconnu du public dans la fin XIXeme.

Ma critique  

Ce manga me faisait de l’œil depuis pas mal de temps déjà mais je me suis finalement décidée à l’acheter à la Japan Expo lorsque la vendeuse me l’a conseillé.

Et mon Dieu, quel coup de coeur ! Déjà, l’univers est super sympa et original, ce manga m’a appris énormément de choses sur Vincent Van Gogh et son frère (pour vous dire, je ne savais même pas qu’il avait un frère!), bien qu’évidemment ça reste de la fiction et que Hozumi a pris pas mal de liberté sur la vie de nos deux héros! Ensuite, il se dégage de ce manga une ambiance très particulière, pleine de liberté, d’art et d’émotions tout bonnement splendide. Je suis ressortie de ma lecture totalement subjuguée par ce que ce seinen véhiculait, c’est une vraie leçon de vie et de sincérité. En effet tout au long du manga, Théodore Van Gogh essaye d’ouvrir l’art au peuple : Il combat alors le conformiste et c’est un véritable appel à la tolérance et à l’ouverture d’esprit.

En parlant de Théodore, quel personnage! Il est loin d’être prévisible, très intelligent mais aussi très complexe ce qui fait de lui quelqu’un de très intéressant. Il inspire une certaine prestance et une attitude très distinguée, qui fait tout son charme et lui donne un petit air Sebastian Miachalis (cf. Black Butler) que j’adore! Vincent est le strict opposé de son frère, c’est quelqu’un d’extrêmement simple et naturel. Il n’est pas du tout calculateur et se contente des petits plaisirs quotidiens de la vie, il en capture chaque moment grâce à ses œuvres. Théodore parlera de lui comme étant « infirme » car incapable de se mettre en colère. La relation entre Théodore et Vincent est extrêmement belle mais très compliquée, c’est un mélange d’amour et de jalousie qui est très bien retranscrit par la mangaka, il y a à la fois une grande fierté de Théodore pour le talent de son frère mais également une impression de n’être pas à la hauteur de celui-ci, de ne pas avoir été envoyé sur terre pour accomplir une mission comme Vincent.

J’étais un peu sceptique sur le fait que le manga soit un one-shot, en me demandant si l’histoire aurait le temps d’être assez développé et je suis loin d’être déçue. En un seul tome, Hozumi a réussi à faire à la fois des personnages très recherchés, un scénario intéressant mais il y a également ce petit plus émotions qui fait que l’on n’oublie pas un manga. C’est une oeuvre très émouvante  et je tire mon chapeau à la mangaka pour ça!

Au niveau du graphisme, encore une fois je n’ai rien à redire, j’adore le coup de crayon d’Hozumi! Le personnage de Théodore est superbe, que ce soit dans le regard, les cheveux ou le sourire, je suis comblée!

Je pense que vous ne serez pas surpris si je vous conseille ce manga à mille pour cent et je suis très impatiente qu’Hozumi sorte une nouveauté !

 

really like

Coup de coeur !

Publicités

Point Manga – Lovely Love Lie

LLL image.png

Quelques Infos sur l’oeuvre :

Titre : Lovely Love Lie

Auteure : Kotomi Aoki

Éditeur : Soleil Manga

Prix : 6,99€

Parution : 2009

Shojo en cours ( 16 tomes pour le moment)

Entrée en matière –  Ça parle de quoi? Ça  vient de qui?

Lovely Love Lie est un manga de Kotomi Aoki, créatrice de la série à succès My First Love (adapté en film, bien trop différent du manga à mon gout mais vraiment sympa tout de même).  Lovely Love Lie c’est l’histoire de Riko, une lycéenne des plus banales et complètement fan du groupe Crude Play qui tombe involontairement sur Aki, le compositeur du groupe sans le savoir (parce que bien sûr l’identité d’Aki est secrète). Une idylle amoureuse commence entre eux deux, jusqu’à l’arrivée de nombreux obstacles : L’engouement de Mush pour la musique va-t-elle nuire à sa relation? Les secrets d’Aki vont-ils perdurer longtemps?

Ma critique  

J’avais beaucoup aimé la série My First Love de l’auteure, Lovely Love Lie est dans un tout autre registre, fini les histoires de cancéreux elle décide de se tourner vers le monde de la musique et du show-business. On retrouve malgré tout son penchant pour les mélodrames dans Lovely Love Lie, mais niveau contexte elle s’écarte complètement de ce qu’elle avait fait précédemment. Pourquoi pas.

L’histoire est assez bateau, ne nous voilons pas la face on ne se retrouve pas avec un deuxième Nana dans les mains mais plutôt encore un énième Shojo-type. L’histoire en elle-même est assez invraisemblable : un coup de foudre entre une lycéenne lambda et une méga pop-star mwouais… Bizarrement ça me fait un peu penser au film de Disney Channel : The Biggest Fan . J’adorais ce film quand j’étais plus jeune et je viens de me prendre une claque car il est sortis en 2002…Pour ceux qui connaissent, dites-le-moi dans les commentaires que je me sente moins seule.

Lire la suite de « Point Manga – Lovely Love Lie »

Point Manga -Wolf Girl & Black Prince

wolf.png

Quelques Infos sur l’oeuvre :

Titre : Wolf Girl & Black Prince

Auteure : Hatta Ayuko

Éditeur : Kurokawa

Prix : 6,80 euros

Parution : 2014 (en France)

Shojo en cours (10 tomes pour le moment)

Entrée en matière –  Ça parle de quoi? Ça  vient de qui?

Wolf Girl & Black Prince est le seul manga réellement connu  d’Hatta Ayuko, ses deux précédentes œuvres Boko no Sekai Kimi no Real et Kiwi wo Chuushin ni Sekai wa Mawaru se trouvent être des one shots et n’ont jamais été adaptés à l’étranger. Wolf Girl & Black Prince, c’est l’histoire d’Erika qui ment à ses amies en s’inventant un super petit ami beau et attentionné pour se faire apprécier. Sauf qu’après un certain temps, les filles à qui elle ment commencent à se douter de la situation. Erika prendra alors une photo d’un charmant inconnu  et déclara sortir avec. Seul hic, il s’agit en faites d’un garçon de son lycée Kyouya Sata. Sata acceptera alors de mentir pour préserver le secret d’Erika, mais à quel prix?

Ma critique  

Honnêtement je ne me serais jamais tournée sur ce manga si on ne me l’avait pas conseillé : une couverture très girly, des jolis dessins mais rien de très original et des persos principaux très clichés (la petite jeune naïve sans aucune expérience amoureuse et le bad boy qu’on surnomme « prince », c’est tellement banal).

Ma première impression était la bonne, ce manga c’est le stéréotype même du shojo fleur bleue. Le dénouement est vraiment prévisible : le petit beau gosse vaniteux et insolent, sous lequel on entrevoit un cœur ? L’héroïne idiote qui nie la réalité « non, je ne peux pas être amoureuse… Ça doit être la situation, le choc » ? Les amies ultra-superficielles et le fan-club du « prince » du lycée? Tout y est!

Lire la suite de « Point Manga -Wolf Girl & Black Prince »

Point Manga – Orange

essau

Quelques Infos sur l’oeuvre :

Titre : Orange

Auteur : Takano Ichigo

Éditeur : Akata

Prix : 7,95€

Parution : 2012

Seinen fini en 5 tomes.

Entrée en matière –  Ça parle de quoi? Ça  vient de qui?

Orange est un manga de Takano Ichigo, auteur de la série Dreamin’ Sun. Il reste dans le même style, plein de romance et de tranche de vie. Le manga Orange a également été adapté en film, pour les intéressés  le trailer non officiel : ici.  Dans cette histoire, on retrouve le personnage de  Naho qui reçoit une mystérieuse lettre écrite par celle qu’elle est devenue dix ans plus tard. Cette lettre explique à Naho qu’elle ne doit surtout pas refaire les  mêmes erreurs et aider le garçon qu’elle affectionne tant Kakeru.

Ma critique  

J’avais vu il y a un petit bout de temps déjà la vidéo de Bulledop qui avait totalement adoré ce livre, et le synopsis me rendait très curieuse donc je me suis lancée.

A la réception du manga dans ma boîte aux lettres, ce qui m’a choqué c’est la qualité esthétique de l’oeuvre. Les couvertures sont totalement sublimes! Que ce soit dans les paysages, dans les détails des dessins et surtout dans l’expression des visages, c’est du très joli boulot! Je vous rassure, l’intérieur vaut également le détour. En bref, Orange c’est un bijou visuel.

Niveau histoire, ça se lit très bien car le manga est rempli de poésie et de douceur. Malgré l’omniprésence de la science-fiction à cause de ses « lettres du futures » , ça ne devient pas lourd et compliqué. Les lettres ne donnent qu’un fil conducteur à l’histoire et laissent toute la place à cette atmosphère de gentillesse et de bonnes intentions.

Lire la suite de « Point Manga – Orange »

Point Manga – Devil’s line Tome 1

devilsline

Quelques Infos sur l’oeuvre :

Titre : Devil’s line

Auteur :  Ryo Hanada

Éditeur : Kana

Prix : 7,45 €

Parution : 2015

(3 tomes parut en France – Manga en cours)

Entrée en matière – ça parle de quoi? Ça  vient de qui?

Devil’s line est un manga de type seinen (Traduction : la cible éditoriale est un homme de 15 à 30 ans) écrit par Ryo Hanada, un mangaka encore inconnu au bataillon. Il nous propose comme premier manga un mélange d’horreur et de romance. En résumé,  l’histoire commence dans un Tokyo où les vampires existent, mais –comme dhab– ils ne peuvent pas révéler leurs identités donc se font passer pour des humains en vivant parmi eux. Une brigade spéciale contrôlée par le gouvernement est chargée de surveiller les vampires de la ville et de les empêcher de boire du sang humain. Le sang humain provoque chez les vampires des accès de folies incontrôlables ce qui rend la moindre gouttelette de sang interdite. Dans ce manga on retrouve le personnage d’Anzai, hybride demi-vampire et agent de la brigade spéciale, et Tsukasa, jeune étudiante habituée à une vie de routine sauvée in extremis par Anzai , qui lient une attirance réciproque et inexplicable. Problème : il est vampire, elle est humaine.

Ma critique 

Pour commencer, je dois dire que je n’ai pas lu le résumé avant d’acheter le manga, j’ai vu une couverture effrayante, pas mal de sang dans les dessins du seinen et je me suis dit : ok je prends. J’aime les mangas d’horreurs : Doubt,  Judge, King’s game etc… et ça faisait pas mal de temps que je n’avais rien lu dans le genre donc je me suis dit pourquoi pas.  Quelle surprise ça a été de comprendre que le manga parlait de vampires, je m’attendais à des zombies, des monstres, des goules à tout sauf des vampires! Mais bon ma foi, ça ne me dérange pas, vampires, je vous aime aussi ♥

Lire la suite de « Point Manga – Devil’s line Tome 1 »

Point manga – Blue spring ride (shôjo)

Sans titre 14

Entrée en matière – Blue spring ride, ça parle de quoi? Ça  vient de qui?

Blue spring ride est écrit par la mangaka Io sakisaka, créatrice de la série à succès Strobe edge. Ce manga raconte l’histoire de Futaba qui décide de changer complètement de comportement au lycée, en effet réservée et très féminine, elle se comportera désormais en vrai garçon pour pouvoir se faire des amies filles, ce dont elle manquait cruellement jusqu’à présent. Cependant, Kô un garçon dont Futaba était amoureuse au collège revient étudier dans son école et son arrivée risque de faire changer le nouveau quotidien de notre héroine.

Ma critique 


Ayant déjà lu et apprécié la série strobe edge, je me suis dit que je pourrais apprécier Blue spring ride et je ne me suis pas trompée. Beaucoup de similitudes dans le dessin ainsi que dans le caractère des personnages, ça manque un peu d’originalité mais au moins on est sûr de viser juste.


C’est une lecture simple mais addictive, les personnages sont très humains et les « je t’aime moi non plus » entre Kô et Futaba sont très mignons. Je ne dirais pas que c’est une révolution manga, mais ça se laisse bien lire.

Lire la suite de « Point manga – Blue spring ride (shôjo) »